Ecrire pour exister

Mon art est au service de mes idéaux...

Je m'appelle Yannick Palomino, je vis à Perpignan et je suis Auteur / Compositeur / interprète. Bien avant la musique, je me suis toujours posé des questions pour essayer de mieux comprendre notre monde. Très jeune, j'ai commencé à écrire des poésies, des histoires, puis des réflexions. Au fil du temps j'ai écrit pour plusieurs projets artistiques, du scénario d'un film à l'univers d'un jeu vidéo. J'adore donner vie à des personnages, mettre en scène des histoires et faire passer des messages qui me tiennent à cœur. En somme, ce que j'aime avant tout dans l'écriture, c'est créer des émotions, donner à réfléchir et faire rêver.

ISSU DE LA CULTURE GEEK

...et de mes passions ! 

Depuis mes 3 ans, je n'ai jamais cessé de jouer aux jeux vidéo. Au début, ce n’était qu’un simple divertissement qui avait le don de rassembler beaucoup de jeunes de mon âge mais avec le temps, cela est devenu pour moi une véritable passion. J'ai donc toujours été bercé par la culture geek. Dans tous mes travaux, je m'inspire de tous les films, les séries, les romans et les jeux qui m'ont fait voyager dans les étoiles et dans un autre temps. La science-fiction est mon genre artistique préféré, celui que j'affectionne le plus pour écrire mes histoires. Il me permet entre autre d'exploiter toute l'étendue de mon imagination et de traiter des sujets phares autour de l'avenir de l'être humain.

TEXTES

Citations, Réflexions, Poésies, Fictions, Critiques

Souvent, la société accepte son malheur en disant: "c'est la vie". Pourtant, rien n'est définitif, tout peut changer. Il suffit de le vouloir.

  1750 vues

Dans la vie, il faut faire la queue comme chez le boulanger, chacun son tour. Imagines-toi si tu arrives à la boulangerie et tu passes devant les autres, tu n'auras certainement pas ton pain.

Mots-clés :
  1775 vues

Il faut connaître et accepter ses propres faiblesses pour pouvoir avancer.

  1585 vues

Au cœur impatient, tout passe, au cœur patient, tout arrive.

Mots-clés :
  1671 vues

La vie c'est comme un terrain de foot, si tu n'as pas de but, tu ne marqueras pas de points et dès lors, tu resteras sur la touche.

Mots-clés :
  1791 vues

J'aimerai mettre un peu de lumière avant que n'arrive la nuit.

Mots-clés :
  1671 vues

Les engrais de la haine découlent d'un pourrissement de l'Amour.

Mots-clés :
  1706 vues

Le début de la liberté c'est savoir se libérer de soi-même.

Mots-clés :
  1723 vues

N'attends jamais rien d'une personne et ne sois jamais le fruit de ce que attendent les autres.

Mots-clés :
  1952 vues

J'ai mis un miroir dans mon cœur, comme ça tu pourras t'y voir au fond de moi.

Mots-clés :
  1939 vues

Sévir est le signe d'un manque de patience.

Mots-clés :
  1623 vues

Un instant peut durer toute une vie.

Mots-clés :
  1488 vues

A notre vie

Je reflète les idées de ma liberté

Puisque, vous voyez, je peux encore le faire

Mais c’est à la sueur de ma débilité

Que certains en haut ont le pouvoir de la taire


Je voudrai puiser toute l’encre de mon cœur

Pour servir la sagesse de mon écriture

J’aimerai ainsi oublier notre malheur

Pour croire à l’ignorance de notre nature


J’ai laissé dernière mes passions de l’Amour

Pour en faire rimer la connerie humaine

Que j’empeste jusqu’au fond de moi chaque jour

Et que j’embrasse toujours avec de la peine


Nous survivons pour notre honorable profit

Dans le surcroît de nos capacités grandioses

Avec l’immaculé silence du mépris

Nous savons faire taire notre apothéose


Puis, assurer de ne plus se prendre la tête

Nous pouvons prendre notre pied dans le confort

Tout en consommant son prochain dans une assiette

Qui nous sert une illusion d’être le plus fort


Lorsque le vent de notre folie nous consomme

Nous brûlons inquiets dans la peur du lendemain

Mais sachez donc que la mortalité des hommes

Doit nous influer à justifier notre fin


Remercions peut-être la mort qui nous libère

Avec une douceur macabre et incongrue

Puisque nous ne voulons pas nous battre sur terre

Pour que nos libertés ne soient plus corrompues


Dites-moi quel est le sens de ces petits jeux

Où l’on perd rien qu’en voulant trop gagner ?

En voulant trop, tout notre monde est cancéreux

Et nous nous voilons pour garder les yeux fermés


Nous gagnons à ruiner notre primarité

En donnant du sens là où il n’y en a pas

Nous disons être des choses civilisées

Mais la civilité des gens vole en éclat


Je dis nous parce que je suis tout un chacun

Dans l’attente du changement de la masse

Avec l’espoir qu’il y en aura peut-être un

Qui se blessera le premier à ma place


Ainsi, ma chère humanité que j’incarne

Je demande puisque tout semble avoir un prix

Combien nous coutera ce bien triste vacarme

Pour ne plus devoir vendre notre propre vie ?

  444 vues

Il faut être un bon équilibriste sur un monde qui tourne.

Mots-clés :
  2037 vues

Une discussion autour d'un sonnet

Au bord d'un tendre hiver,

Deux hommes discutèrent:

-Il faut 1 ou 2 minutes pour lire un sonnet dans la poésie.

-C'est peu de plaisir que vous nous faites mon cher poète. Et en combien de temps l'avez-vous écrit ?

-Je vous dirai, que votre raison ne m'arrête: toute ma vie.

-Insensé ! Il vous faut peut-être que quelques heures dans la nuit.

-Mais, assurez-vous, c'est de ma vie que je l'ai puisé mon ami.

  412 vues

Le monstre passionnel

Avec plaisir, ma passion me dévore,

Je suis rongé de la peau jusqu’à l’âme,

Sans pouvoir amorcer le moindre effort

C’est dans l’ombre du cœur qu’elle m’entame;

 

Bien que je sois son passionné esclave,

Je reste l’image de ses désirs

Qui se reflètent à la lueur suave

Des plus belles pensées qu’elle m’inspire;

 

Je me laisse guider à ses desseins,

Dessinant en moi le chemin à prendre

Que j’emprunte au grand maître du destin

Pour que mes rêves puissent se répandre;

 

A ces peines et ces joies qui l’ont fait naître,

J’explose un sentiment essentiel:

Au fil du temps, elle a fait de mon être

Ce que j’appelle un monstre passionnel;

 

De mon premier Amour, je lui rends grâce,

De là d’où je viens, pour là où je vais,

Je sais que malgré toutes les impasses

Je continuerai comme un passionné…

 

Ecrite dans le cadre de l'atelier poésie de l'association l'Ombre et la Lumière

  442 vues

Mon Hibernation

Je t’écris sous un nuage de pluie

Qui m’épeure à la venue de l’hiver,

L’ennuie au ventre en voyant ce temps gris

Qui donne dans le cœur un goût amer;

 

Depuis peu, le jour se donne à la nuit,

Déjà bien fatigué de travailler,

Quant à elle, maîtresse des folies,

Elle aime voir mon chaos s'exprimer;

 

Sans lumières, les couleurs se font rares

Et chaque instant semble s'éterniser,

Comme un gros plan cinéma blanc et noir

D'une horloge qui vient de se briser;

 

Le feu dans la cheminée est timide,

Il peine encore à prendre de l'ampleur,

Le froid est revenu la brise avide,

La cheminée reprendra son labeur;

 

Les arbres perdent peu à peu leur feuilles,

Comme le sablier qui marque le temps,

Et la douce nature les recueille

Pour s'offrir un lit au repos méritant;

 

Dehors, il y a comme une sagesse,

Un calme amoureux qui sonne à l'oreille,

Un silence inspiré de ma tristesse

Qui semble préparer un lourd sommeil;

 

Ici, la vie se prépare à dormir,

Et à son image, mon cœur s'endort,

J'hiberne en attendant mon avenir

Dans l'espoir doux de te revoir encore...

  417 vues

Où es-tu ma Muse ?

Je n'aurai donc pas assez de peines à écrire

Et je n'aurai pas de joie pour en faire part

Je n'aurai que des mots qui veulent bien sortir

Pour celui ou celle qui voudra bien les voir

 

Ainsi, je m'élance, à la recherche d'un sens

J'écris, à la ferveur d'une envie poétique

Pour de la joie ou bien de la peine à outrance

Qui me rendra ivre d'une vie idyllique

 

Serrons la ceinture, je pars à l'aventure

Que chaque mot me transporte jusqu'en enfer

Si je ne vaut donc pas le paradis sur terre

 

Mais qu'importe la joie ou les maux les plus durs

Que la balance penche à un destinataire

Pour que mes sentiments n'aient plus à brasser l'air 

  451 vues

Il arrive un moment où la passion d'un homme explose en lui comme la douleur de donner naissance à un nouveau né.

  1736 vues

Sur le cahier de sa vie, chaque ligne a sa propre signification. Il vaut mieux savoir les tracer soi-même.

Mots-clés :
  1549 vues

Recherche

Catégories

Citations
Citations
578 article(s)
Réflexions
Réflexions
49 article(s)
Poésies
Poésies
41 article(s)
Blog
Blog
32 article(s)
Critiques
Critiques
7 article(s)
Fictions
Fictions
3 article(s)