RÉFLEXIONS

Développer des idées, inspirer et faire réfléchir

Temps de lecture : 9 minutes (1889 mots)

Reflet social du coronavirus

Reflet social du coronavirus

La crise du coronavirus touche désormais une grande partie des pays du monde et nous vivons actuellement des moments historiques pour lutter contre la propagation de ce virus. Le confinement a été décidé depuis peu en France, c'est une disposition impressionnante qui demande à toutes les personnes concernées, un peu de responsabilités et quelques sacrifices. Dans cette situation extraordinaire, les réseaux sociaux et internet ont malheureusement démontré comment la crise sanitaire a reflété les méandres de la société française. Entre la peur, l'égoïsme ou encore l'ignorance, le coronavirus a montré le vrai visage de certaines personnes. Paniques, cohues aux magasins et incivilités, c'est à se demander où sont passées les bonnes valeurs et l'éducation. Et si le coronavirus nous donnait aussi l'opportunité de réfléchir autrement notre monde ? Malgré ce passage compliqué, il est certain qu'à la fin de cette pandémie, il y aura des bonnes leçons à retenir et des changements seront nécessaires.


​Gestion de la crise

La gestion de la crise du coronavirus fait l'objet de nombreux débats depuis quelques jours. Pour certains, le gouvernement a pris des mesures trop tardives et d'autres pensent que les dernières directives sont de trop. Quoi qu'il en soit, il y a des décisions qui sont tout de même discutables. En effet, par exemple, on maintient les élections municipales alors qu'à côté de cela on fait fermer de nombreux petits commerces et on demande à la population de rester chez elle. On n'a pas donné le temps aux gens de se préparer, de bien fermer leur restaurant ou de trouver des solutions pour garder leurs enfants. Tout est fait à la hâte, peut-être à juste titre mais tout de même, peut-être aurait-il fallu prendre des dispositions au bon moment. Le plus ahurissant, c'est de devoir écouter les directives d'un gouvernement, qui depuis plus d'un an, a cautionné trop de fois les violences et les répressions policières contre les manifestants en tout genre ou qui a méprisé son peuple de plusieurs façons.

Le plan du gouvernement était plutôt clair jusqu'à présent concernant les hôpitaux en France. Aucune aide concrète n'était à espérer, il préférait rester impassible face aux nombreuses demandes des médecins et des infirmiers. Il y avait une urgence, bien avant l'épidémie. Le manque de lit pour accueillir les malades ou encore les journées folles de travail étaient sans cesse mis en avant. Il faut imaginer la frustration de ces personnes qui ont voué leur vie à sauver celle des autres et qui ne peuvent pas accomplir convenablement leur mission. Les professionels de la santé ont souvent de nobles intentions mais le pouvoir en place les a traité avec si peu de considération et de respect. Et maintenant, alors que le Président Emmanuel Macron avait montré clairement qu'il n'allait rien faire pour eux, il leur demande de combattre une pandémie. Sauf que voilà, la plupart des employés de la santé n'ont pas les armes qu'il faut pour être efficaces. Ne pas donner les moyens qu'il faut aux hôpitaux est déjà un acte fallacieux, le gouvernement a fait un choix et il devra rendre des comptes, surtout après le passage du coronavirus.


Un virus contagieux : la connerie humaine 

C'est dans certaines situations extraordinaires que l'on peut voir ce que l'on vaut. On peut également voir ce qui régit vraiment les personnes. Dans une société clairement individualiste, il ne faut être surpris de constater que l'égoïsme s'exprime autant. Depuis les dernières allocutions du Président, la peur a gagné une partie des gens et leur premières pensées se sont tournées sur leur petite personne. Sans réfléchir aux conséquences, beaucoup se sont précipités dans les grandes surfaces, croyant que le confinement était synonyme de pénuries. Si cela avait pu profiter aux petits commerces, on aurait pu presque trouver cela bénéfiques mais non, ce sont les grandes enseignes qui-plus-est qui sont gagnantes dans cette histoire. Des images ont circulé sur internet montrant ces scènes assez ridicules où des chariots entiers étaient remplis de produits non périssables et de papiers toilettes. Là où il faudrait du calme et un peu de discipline, il y a des comportements idiots qui font peine à voir.

Le bateau coule, sauve qui peut ! Chacun pour soi ! Le coronavirus a donc révélé de nombreuses facettes de la société française et notamment une perdition de ces valeurs qui regroupent les humains. De plus, des citadins ont préféré ne pas écouter les consignes de confinement et vont trouver refuge dans les campagnes. De cette manière, ils apportent peut-être avec eux le virus dans des coins où il n'y était pas. Malgré tout, pour l'instant on peut dire que tout est relativement calme et il faut espérer que les mesures soient prises au sérieux pour sortir le plus vite possible de cette crise sanitaire. Comme beaucoup de choses, il faut simplement suivre les recommandations des personnes les plus compétentes et pour cette affaire, ce sont celles de ceux qui travaillent dans les domaines médicaux. Les médecins disent qu'il faut rester à la maison, il est juste de s'en tenir à leurs paroles.

Autre connerie humaine mais cette fois-ci dans d'autres domaines et au-delà de la France. La mondialisation a permis d'ouvrir les marchés et a délocalisé des chaînes de productions. Actuellement, on peut voir les limites de ce modèle, surtout quand les frontières se ferment. Par exemple, la plupart des médicaments sont fabriqués en Chine, ce qui peut poser un réel problème dans des cas plus extrêmes. Concernant l'Union Européenne, il n'y a eu aucune décision collégiale et chaque pays membre a pris des décisions diverses et variées. L'Angleterre a décidé de laisser propager le virus, une décision incroyable qui sera peut-être vivement analysée quand on aura plus de recul.


Opportunités

Selon moi, le Coronavirus a mis en exergue les fruits d'une société malade. Malgré la peine que cela peut engendrer, c'est aussi une opportunité de mieux comprendre ce qui ne va pas dans notre modèle social. Tout d'abord, même si ce virus est à prendre au sérieux, il n'empêche que d'autres problèmes dans le monde tuent davantage de personnes et ce tous les jours. Rappelons que la faim dans le monde et la fin du monde ne sont pas la même chose pour tous mais encore de nombreux enfants n'y voient pas de grandes différences. Cette fois-ci, les problèmes touchent les sociétés occidentales et c'est traiter différemment bien évidemment. Quoi qu'il en soit, il serait judicieux de se servir de l'expérience de toutes ces mesures contre le coronavirus, si on peut agir concrètement contre un virus, on pourrait aussi lutter efficacement contre d'autres soucis importants qui touchent les humains et la nature.

A travers les médias en tout genre, on a pu constater dors et déjà un manque d'éducation, de responsabilités et de discipline chez une grande partie des gens. Le mot "discipline" est souvent employé par ceux qui aiment mâter les autres, certes, mais il est aussi un sage mot, utilisé notamment par les philosophes qui parlent de la maîtrise de soi. Les valeurs humaines sont importantes pour bien vivre ensemble et si elles ne sont plus partagées par un grand nombre d'individus, elles sont amenées à disparaître. C'est surtout dans les situations compliquées qu'il faut les incarner et les préserver !

Moins évident à comprendre dans une société matérialiste, il y a également des enseignements importants qui ne se transmettent pas assez et qui touchent au domaine spirituel. Beaucoup se laissent envahir par leurs émotions et ne savent pas comment les gérer. De plus, il y a un manque de réflexion sur la vie qui, en mon sens, est nécessaire pour accepter la vie et ses règles fondamentales. "Ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir et ils meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu", le dalaï-lama disait cela parce que peu de gens ont conscience qu'ils sont vivants. Quand on se rend compte précipitamment que l'on peut mourir, la peur est donc immense et si on ne sait pas maîtriser ses émotions, on peut facilement être soumis à elle. Relativisons, avant le coronavirus, tout le monde était tout aussi mortel, donc, il n'y a aucune raison d'avoir peur maintenant de la mort. Ainsi, il serait bon que tout le monde se donne plus de temps pour réfléchir, maîtriser son corps et son esprit, mais aussi pour s'ouvrir d'avantage à plus de spiritualité dans sa vie (ce qui ne veut pas dire forcément religion). Cela éviterait déjà les mouvements de panique en cas de crise.

On a pu voir que la pollution a nettement diminué dans certaines régions du monde après des mesures de confinement. La consommation de l'électricité aurait chuté de 10% en France car de nombreux commerces ont dû fermer. On pourrait y voir des avantages à ce virus, mais c'est peut-être aussi une erreur de le voir ainsi car cela n'endiguera pas complètement les problèmes de surconsommation que nous connaissons depuis trop longtemps. Un peu de répit pour notre nature, certes mais il est presque certain que l'économie vorace reprendra de plus belle après la pandémie. Surtout que les activités sont déjà remises en route en Chine, là où tout aurait commencé. La consommation va diminuer un temps et c'est toujours bon à prendre mais ce ne sera pas suffisant si on pense sur du long terme.

En France, cela retarde énormément les combats sociaux qui ont été menés depuis des mois et des mois. Les revendications sont reportées à des jours plus cléments, en attendant, on oubliera peut-être les violences faites aux manifestants et le 49.3 que l'on a reçu en "pleine poire". En attendant le gouvernement français doit s'en frotter les mains. Le "bon petit père du peuple" Macron peut souffler un peu, il peut se montrer comme un sauveur. C'est une sacrée chance ce qui se passe actuellement pour lui. Cela profite également aux riches industriels qui continuent à vendre alors que les indépendants et les plus petits commerces vont sans nulle doute souffrir économiquement des mesures menées contre le coronavirus. Le problème, c'est que beaucoup de restaurateurs, d'artistes et de marchands vont devoir trouver des solutions pour rebondir et quelques-uns vont devoir mettre la clé sous la porte si on ne les aide pas convenablement.


Après l'épidémie du coronavirus, il sera bon d'analyser notre comportement et la façon dont tout cela s'est déroulé. Si les gouvernements du monde continueront à s'entêter à suivre le chemin absolue de la sainte finance, c'est à chacun de nous de prendre en compte les leçons que nous allons recevoir pendant ces prochains jours de confinement. Il est nécessaire de prendre des mesures pour faciliter la transition entre le monde d'hier et celui qui se veut plus sain pour la nature et l'être humain. D'autres crises arriveront, c'est indéniable et le pire est à prévoir si nous n'agissons pas vite dans tous les domaines de notre société. Aujourd'hui si le confinement vous semble dur à supporter, demain des mesures plus drastiques seront déployées si nous ne faisons rien pour lutter contre des problèmes plus graves et qui découleront de la destruction de notre nature par exemple. Si les gens ne prennent pas leurs dispositions maintenant, qu'est-ce que ce serait en temps de restrictions alimentaires ? Personne ne veut d'un futur aussi sombre, n'est-ce pas ? Alors restons calmes ces prochains jours, survivons à cette situation inconfortable et ensuite, prenons les choses en main pour notre avenir ! 

Les personnes sans amour
La culture intérieure

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://yannickpalomino.fr/

Recherche

Catégories

Citations
Citations
573 article(s)
Réflexions
Réflexions
47 article(s)
Poésies
Poésies
41 article(s)
Blog
Blog
31 article(s)
Critiques
Critiques
7 article(s)
Fictions
Fictions
3 article(s)