RÉFLEXIONS

Développer des idées, inspirer et faire réfléchir

Temps de lecture : 10 minutes (2043 mots)

Le sens d'une imperfection

Le sens d'une imperfection

On compose avec ce que nous sommes au temps présent ; c'est aujourd'hui que tout se passe. De ce fait, doit-on attendre d'être parfait pour entreprendre quelque chose ? 

Les souffrances : nos imperfections

Nos souffrances font partie de nous. Surtout celles que l'on a ressenties à l'aube de notre conscience. Surtout celles qui sont nées durant notre enfance. Elles génèrent une part de nos défauts, conduisant au concept de l'imperfection. Nous sommes beaucoup à les avoir ressenties comme des failles ou comme si elles étaient de trop. Elles nous affectent parfois si profondément qu'elles peuvent même nous empêcher de vivre réellement ce que l'on attend de notre existence. Toutefois, quand on sait les cibler et quand on souhaite avancer vers le pas de la guérison, on peut voir les souffrances autrement. Presque comme des éléments bénéfiques à notre expérience de la vie.

Avec un peu de méditation intérieure, on peut ressentir que les souffrances ont une vibration particulière en nous. Parfois, elles sont si puissantes qu'on les projette à travers notre langage verbal ou corporel. Quelqu'un qui a été rejeté peut exprimer cette souffrance en se repliant sur lui-même, engendrant de la timidité ou de la rigidité. Les souffrances nous font mal à des degrés variables mais les plus fortes nous obligent vivement à s'intéresser à elles. Soit on les ignore et elles restent, soit, on s'occupent d'elles et on cherche à s'en défaire. Ainsi, elles peuvent conduire à une véritable source de réflexion, une façon déjà d'entretenir notre esprit, notre faculté d'utiliser ce dernier. Si on court souvent, on ne peine pas à courir. C'est pareil quand on réfléchit souvent. J'y vois là une bonne source pour commencer à s'élever mentalement. En somme, ces imperfections permettent d'avoir une forme de but à son existence. Peut-être est-ce déjà une approche intéressante pour étudier la réflexion d'Einstein : "En apparence, la vie n'a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu'il n'y en ait pas un !".

Avec ces exemples, on peut dire que nos souffrances profondes sont donc des fondements que l'on peut qualifier d'imparfaits. Elles ne touchent pas vraiment le fond mais s'ancrent souvent très profondément en nous. Je parle essentiellement de celles que l'on a reçues dans l'enfance. Mais j'aime voir ces souffrances comme le début d'un voyage. Elles sont des causes qui nous emmènent à de nouveaux événements. Elles sont utiles, inspirantes et permettent d'engendrer des choses. Nous venons au monde pour nous confronter à elles. Même l'enfant le plus heureux de la planète a aussi ses souffrances. Car même un excès de lumière peut nous nuire, nous brûler ou nous rendre aveugle. La Vie, ou le Tout comme le disent les auteurs du Kybalion, semble nous emmener à vivre dans l'expérience d'un univers. Et que serait l'expérience de la vie sans souffrance ? Comment comprendre le bonheur si nous n'avons pas connu le malheur ? Comment apprécieriez-vous la douce chaleur de votre couverture s'il ne faisait pas froid dehors ?


(Re)trouver l'Equilibre 

Les souffrances composent sans nulle doute une façon atypique de voir la vie. La Résilience qui est "la capacité d'un individu ou d'un groupe à surmonter de très grandes difficultés et à croître dans la vie" selon le sociologue Stefan Vanistendael, permettrait d'engendrer une quête profonde qui résonne même avec les lois de l'univers. En effet, avec cette capacité qui englobe toutes les formes d'un individu (physique, mentale et spirituelle), les grandes souffrances ancrées en nous peuvent même devenir des forces extraordinaires. Je les vois comme de l'énergie venant du moins, jusqu'au plus. De ces maux, on peut en faire quelque chose de bien. Le principe du Rythme soulevé par le Kybalion démontre qu'il y a un va-et-vient entre deux axes, entre deux extrêmes. Ainsi, on peut dire qu'une puissante souffrance pourrait nous conduire à une puissante joie. Quand on a beaucoup souffert, on peut comprendre et savourer encore plus les bons moments. Ce spectre entre ces deux pôles pourrait former une sorte d'espace mental qui s'élargit d'un côté comme de l'autre. Cela permettrait entre-autre, pour celui qui veut guérir de sa souffrance, de créer une distance où il est possible de prendre une forme d'élan pour retrouver un équilibre. Autrement dit, "reculer pour mieux sauter".

L'idée de l'équilibre mérite une attention particulière. Aujourd'hui, on tend à combler un manque au lieu de le traiter pleinement. Un mal rejaillit sans cesse tant qu'il est enraciné en nous. On aura beau le recouvrir, il ressortira toujours. Comme des végétaux qui se frayent toujours un chemin, même à travers le goudron. L'équilibre d'un être humain n'est pas nécessairement un aspect 1 pour 1, comme serait par exemple une balance pour peser des objets. Ici on resterait sur le plan matériel. Sur le plan mental, avant d'en arriver au spirituel, l'équilibre c'est souvent l'opposition de deux forces qui en réalité est la même chose. Comme s'il fallait être le chaud et le froid en même temps. Et plus on va créer une résistance pour aller vers le froid extrême et plus on apprendra à aller vers le chaud extrême. Comme pour le chant, on travaille ses aigus en travaillant ses graves. "Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut" nous dit le Kybalion. C'est le principe de Correspondance. De ce fait, pour trouver l'équilibre, il faudrait revivre pleinement le mal et l'élever au sens inverse. Ainsi, le tout ne serait plus qu'un degré d'une même chose, il n'y aurait plus de mal ou de bien mais juste ce que l'on veut entre deux pôles opposés ; le centre de ce tout étant la position confortable pour notre équilibre général.


La raison d'entreprendre 

Je voudrais faire un raccourci sur ce raisonnement et avec ces idées, aller du côté des projets que l'on réalise. Revenons donc sur un élément du Rêve du monde : entreprendre. Nos imperfections nous jouent régulièrement des tours dans cette idée d'entreprendre. Surtout à cause de l'exigence des autres et de l'aspect financier. Toutefois, les lois de l'univers restent les mêmes, malgré les lois des hommes. Quand nos imperfections nous empêchent d'avancer sur un projet, c'est quelque chose de terrible. Cela affecte énormément un individu, créant souvent des paradoxes qui mêlent à la fois la volonté de faire et la peur d'aller jusqu'au bout. Mais au-delà de cela, j'ai fini par comprendre une chose essentielle qui me permet de dépasser ce stade : nos imperfections touchent la forme de ce que nous faisons mais pas le fond. Ce qui doit rester vrai, c'est le fondement de l'idée, l'origine qui fait que l'on entreprend. Pour le reste, c'est de l'apprentissage et du façonnage (qu'on peut résumer au travail dans son sens noble, c'est-à-dire qui consiste à souffrir d'une part mais en nous apportant quelque chose de bon). Si on s'en tient aux règles de notre société, je dirai qu'il faut se sentir juste prêt pour pouvoir s'exprimer, et ce, malgré le travail qu'il reste encore à faire pour s'améliorer. Il est bon de se souvenir que : "c'est en forgeant que l'on devient forgeron". Il ne faut pas avoir peur de faire, ou se préparer à son aise, pour pouvoir se confronter aux autres. Car oui, il s'agit d'aller vers les autres, d'obtenir un regard miroir des autres et donc, il vaut mieux être prêt à voir ce reflet. J'irai plus loin, il faut apprendre à aimer le reflet de nos imperfections.

Dans nos projets, la seule chose qui nous préoccupe vraiment, c'est la forme car le fond reste souvent le même. L'imperfection est dans la forme, pas dans le fond (ou en tout cas, très rarement si c'est quelque chose que l'on ressent vraiment). Le fond peut évoluer mais comme le soleil qui tourne aussi sur un axe, reste toujours au centre du système solaire. Autrement dit, c'est la base de tout qui est important. Dans les lois de l'univers, le centre de toute chose est aussi un espace où tout commence. On ne change pas les fondements de sa volonté de chanter par exemple, mais on peut changer sa façon de chanter. De même que je suis convaincu que l'on ne change pas sa raison d'être, on change juste sa façon de l'exprimer. Plus encore, un projet est une projection de soi, mais cette fois-ci, il faut voir la chose à l'envers : c'est le fond que l'on doit travailler pour renvoyer une belle forme. Si vous êtes bien en vous, vous enverrez donc de bonnes choses.


De moi à vous et de vous à moi

Comme je ne partage rien sans raison, je vais en arriver au pourquoi de tout ce raisonnement. Déjà, je remercie la vie de m'avoir fait rencontrer récemment une belle âme qui m'a inspiré pour avancer dans mon cheminement. Celle-ci m'a d'ailleurs prêté le livre du Kybalion. Je remercie aussi mon coach vocal que l'univers m'a apporté pour aller plus loin dans mon rapport avec les "imperfections de ma vie", avec qui je peux aller en profondeur dans mon âme pour atteindre de nouveaux stades d'élévation. Je remercie mes amis qui me confrontent chaque jour à ce que je suis. J'en profite pour dire que je les aime profondément et que l'univers me gâte avec eux. Je remercie mes parents qui sont ma référence, ma source de souffrance (au sens noble de l'idée évoquée dans ce texte) et qui m'ont permis déjà de comprendre les premières parties fondamentales de mon amour.

Enfin, j'en arrive à la raison de ce texte. J'apporterai là mon enseignement à ma propre personne, dans l'espoir également que cela en inspire d'autres. J'aime à croire que si je veux tant donner, c'est parce que j'ai si peu reçu à un moment fondamental de mon existence. Je cherche encore à localiser ce mal au fond de moi. Je sais qu'il est là, à côtoyer mon âme et je finirai par le trouver et l'apaiser. Ce qui est certain, c'est qu'aujourd'hui, j'aime donner aux autres. J'aime donner mon énergie et c'est quelque chose qui me dessert quelquefois. Ainsi, je suis en phase selon le principe de Polarité décrit dans le Kybalion : j'ai peu reçu donc je veux donner. Je dois juste travailler sur la forme et le degré de mes dons, mais au-delà de tout cela, je dois aussi apprendre à me donner, à me préserver en somme. Voyez comme une volonté d'aller vers les autres nous ramènent aussi vers nous. Oui j'aime donner aux autres mais en réalité, c'est parce que j'aurai besoin de me donner un peu plus à moi.

Pour finir, mon âme se dit que de mon imperfection, je suis parfait. Je peux désormais avancer un peu plus sur le pas de mon équilibre.


Bien que je sois toujours très exigeant envers moi-même, l'univers semble résonner en moi pour me dire que je peux y aller sans peur, malgré toutes mes failles. J'apprends à aller dans ce sens et j'y mets une énergie particulière. La Vie me dit alors que nos imperfections ne sont pas une limite pour ce que nous entreprenons. Elles ne devraient pas être une contrainte mais une source métaphysique où l'on peut trouver une forme d'élévation. En réalité, c'est une approche plutôt enrichissante ; j'en suis convaincu aujourd'hui après avoir entendu et lu une pléthore de paroles transmises par des sages ancestraux. Le principe du Rythme élève ma conscience et me permet d'accepter pleinement l'idée que de mes traumatismes profonds, je peux renvoyer un flux positif. J'arrive même à une forme d'étape où je comprends que ce n'est pas que nous sommes imparfaits, mais plutôt que nous cherchons à nous perfectionner. Ceci étant dû à notre concept d'idéal, une bonne chose s'il nous permet d'avancer constructivement vers lui. Toutefois, l'imperfection peut être terrible par rapport aux autres pour s'ancrer dans le Rêve du monde (notre société) ou bien pour faire écho aux vibrations de certaines souffrances de notre enfance. Quoi qu'il en soit, le sens de nos imperfections réside dans le fait que nous cherchons en vérité l'équilibre, sur le plan mental, spirituel et physique, entre l'univers du Tout, l'univers que nous nous créons et celui du Rêve du monde.

Puissiez-vous trouver, vous aussi, le parfait équilibre de vos imperfections. 

Illustration de SleeplessSouls 
Tirée de son Deviant Art : https://www.deviantart.com/sleeplesssouls/art/Never-848389820

Ainsi j'ai brillé
Le bonheur d'être bien entouré

Articles similaires

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://yannickpalomino.fr/

Recherche

Catégories

Citations
Citations
577 article(s)
Réflexions
Réflexions
48 article(s)
Poésies
Poésies
41 article(s)
Blog
Blog
32 article(s)
Critiques
Critiques
7 article(s)
Fictions
Fictions
3 article(s)