RÉFLEXIONS

Développer des idées, inspirer et faire réfléchir

Temps de lecture : 10 minutes (2041 mots)

La démocratie à la française

La démocratie à la française

De plus en plus de gens se demandent si la France est vraiment une démocratie. L'actualité s'y prête encore plus avec un gouvernement de plus en plus fermé et qui ne tient pas compte des revendications populaires. Pourtant, depuis tout petit, les écoliers apprennent à grand coup de pompe que la France est un pays libre dirigé par des représentants élus démocratiquement. L'école leur dit que voter est un droit et que cela permet aux adultes de nationalité française de s'exprimer dans les urnes. Le problème, c'est que cela s'arrête souvent là. Tu poses un bout de papier dans une boîte et après quoi ? Par définition, le peuple est censé être souverain dans une démocratie, mais l'est-il vraiment en France ?


Démocratie : un mot qui a un sens 

On n'a jamais assez expliqué ce que voulait dire le mot "démocratie". En effet, si le mot parle à tout le monde, on oublie souvent ce qu'il désigne vraiment. Il veut simplement dire "pouvoir au peuple". Chaque membre d'une même société peut donc, s'il est citoyen, s'exprimer par le vote sur les décisions politiques qui le concernent. On dit que celui-ci est souverain, c'est lui qui détient le pouvoir et qui choisit sa destinée. En toute liberté, il peut influencer le cours des débats politiques et décider du futur de la société dans laquelle il est ancrée, impliquée et acteur. Il a le droit d'élire ses élus à diverses fonctions mais il peut également donner son opinion concernant les changements des lois et les décisions importantes de sa communauté. De ce fait, si la France est une démocratie, pourquoi le peuple ne s'exprime pas par le vote sur des questions qui concernent les lois par exemple ?

La bataille des mots est une réalité inquiétante, mise en avant notamment par Franck Lepage. On sait que pour la même chose, changer le terme qui la désigne peut évoquer quelque chose de plus négatif ou plus positif. Par exemple, un "bombardement" a une connotation plus violente que si on disait "une frappe chirurgicale". Le mot "démocratie" n'est pas vraiment changé mais il est évident qu'en France, il est employé à tort pour donner une vision plus propre du régime politique. C'est même une arme de destruction massive dans la bouche de certains politiciens. Ceux-ci justifient souvent les choses en disant que le peuple a choisi et qu'il doit s'en tenir à la décision de son gouvernement, élu à la majorité. De plus, on voit bien qu'à chaque élection, il y a de plus en plus d'abstentionnistes et que beaucoup de gens voient bien que le vote ne semble plus être aussi noble qu'on le dit. Dans une démocratie, une vraie, les gens sont intéressés et se sentent impliqués dans la vie politique, chose qui n'est plus vraiment le cas pour une grande partie de la population française. Mais pourquoi ? 


Un gouvernement qui décide seul

La plupart des décisions majeures sont décidées par le gouvernement français, qui est certes élu par le peuple, mais qui après cela est souvent amené à diriger avec ou sans le consentement des citoyens. Ici, il faut intégrer tous les bords politiques et tous les gouvernements depuis plus de 50 ans. On peut également s'interroger sur la façon dont les élus arrivent au pouvoir, les élections étant de drôle de spectacles qui sont mis en scène par des médias dits "objectifs". On passera tout le débat sur le fait que beaucoup de représentants politiques sont souvent carriéristes et souvent déconnectés du reste de la population. Ces derniers temps, il y a suffisamment d'exemples pour illustrer le manque de considération du peuple français. Entre le Président Emmanuel Macron et le reste de son équipe, il y a eu de belles représentations de la "démocratie à la française". Monsieur Cohn-Bendit avait dit : "Il faut arrêter de dire que le peuple a toujours raison", mais comme je l'ai lu dans plusieurs articles sur le web, "le peuple n'a pas toujours raison mais il a ses raisons". Celles-ci ne sont clairement jamais entendus ou trop peu.

Avec les différentes manifestations des gilets jaunes, on a bien vu que le gouvernement avait ses plans et qu'il n'était pas prêt de revenir là-dessus. Même si le peuple gronde dans les rues, les changements des lois ont continué sans aucune consultation du peuple, ni même sans considération pour lui. L'utilisation de la force contre les manifestants a été maintes et maintes fois justifiée par le ministre de l'intérieur alors que des vies entières ont été brisées et que souvent elle n'était pas nécessaire. Bien évidemment, cela importe peu le pouvoir en place et les grands médias n'ont fait que relayer les informations officielles. Autre exemple du manque de respect pour le peuple et de l'opposition à l'assemblée nationale, le Premier ministre a parlé de "non-débat" concernant la loi sur les retraites et a appliqué le 49.3 pour la faire passer en force. Cela a envoyé un message assez clair aux nombreux français qui s'opposaient à cette réforme des retraites : "le gouvernement décide et le peuple doit se taire". Surtout que, on peut se demander pourquoi il y avait une urgence à changer ce régime des retraites qui fonctionnait plutôt bien comparé à ceux des pays voisins dans l'Union européenne. Où est donc encore une fois la démocratie là-dedans ? Le peuple n'a pas son mot à dire et le gouvernement utilise tous les moyens à sa disposition pour imposer ses volontés.


Le pouvoir d'en donner aux autres 

En somme, le vrai problème en France, c'est que les citoyens votent pour donner du pouvoir à d'autres et c'est tout. Ce sont souvent des personnes influentes qui ont les contacts qu'il faut ainsi que le porte-monnaie. En gros, les Français élisent en général des personnes issues d'une classe sociale assez aisée. Cela se rapproche donc d'une autre forme de gouvernance : l'oligarchie. Le principe de celle-ci est de donner les rênes à un groupe restreint d'individus, des élites qui décident pour le peuple. Ces représentant élus au scrutin secret à la majorité absolue décident pour l'ensemble de la population et décident des lois. Ils pourraient très bien le faire en étant bienveillants. Ceux-là pourraient également avoir une vision claire et bonne pour tous et seraient donc altruistes. Malheureusement, beaucoup de ces oligarques ont un projet très loin de ce que toute personne sensée serait en droit d'espérer.

Il faut ajouter à cela l'énorme corruption qui sévit parmi les politiciens français et qui parlent en réalité pour les intérêts économiques de certaines sociétés. Celles-ci ont donc réellement le pouvoir puisque c'est comme si elles mandataient ces oligarques pour appliquer des lois qui les avantageaient. Qui pourrait aujourd'hui, après s'être bien informé, voter en faveur du glyphosate ? Il faut vraiment avoir un intérêt incroyable pour laisser ce produit toxique continuer à se répandre sur les sols et dans les campagnes ! Pourquoi s'attaquer aux régimes des retraites alors qu'il y a plein d'autres urgences ? Pourquoi mettre en application une loi contre les produits plastiques à usage unique dans plusieurs années alors que l'urgence est immédiate ? On veut faire bien mais "sans trop froisser les copains" disait notamment un des rares députés qui a de la cervelle, à savoir François Ruffin. Pourquoi refuser une loi pour obliger les élus à avoir un casier vierge ? Parce qu'une bonne partie des élus ont un casier bien rempli. Ils se font leurs lois, leurs règles.

On aurait tendance à dire aussi que les représentants politiques sont des nuls et que la situation sociale empire à cause d'eux. Cependant, comme disait Etienne Chouard, non, ils ne sont pas mauvais ces politiques, au contraire, ils sont très bons. Non seulement, ils savent atteindre des hautes fonctions dans la République mais ils savent mentir comme jamais. Ils ont l'art et la manière d'endormir les gens, du moins suffisamment pour que cette mascarade continue. Malheureusement, non, les pires de la caste politique française ne travaillent pas pour nous. Encore, s'ils faisaient cela dans un idéal juste et bienveillant comme je disais juste avant, on pourrait l'accepter, mais ce n'est pas le cas. 


Le choix difficile des électeurs  

On sait aussi qu'à chaque élection, le peuple ne vote pas toujours pour ses intérêts, il n'y a qu'à voir la plupart des gens qui supportent les représentants de l'extrême droite alors qu'ils sont "extrêmement pauvres". Ils sont souvent à l'opposé de ceux qui défendraient leurs intérêts, surtout quand ils ne s'intéressent pas vraiment au programme et regardent que la "gueule" du candidat. D'autres, pire encore, pensent aussi qu'ils vont un jour faire partie de ceux qui réussissent, parce qu'ils travailleront durs. Cette noble pensée du travail, comme toute autre valeur, est souvent un argument de poids pour convaincre les gens. Sauf que là, c'est toujours une façon de mettre la carotte pour faire avancer l'âne.

Certes les partis ne veulent plus rien dire (ont-ils eu un jour un vrai sens ?), mais les électeurs ne font pas toujours un choix réfléchi, se laissant porter par ce qui se dit, les médias ou simplement les apparences. "Il est beau, il est jeune…", c'est ce genre d'âneries que l'on a pu entendre pendant les élections présidentielles pour définir Macron. On voit le résultat aujourd'hui. "On n'a jamais essayé, alors pourquoi pas lui" "ou elle". On s'arrête à ce que l'on nous propose au lieu de se dire que peut-être, il faudrait changer quelque chose et agir. Donner son vote à quelqu'un est une sacrée responsabilité, surtout quand ce-dernier est en roue libre une fois élu. C'est pour cela que beaucoup de gilets jaunes voudraient participer plus dans la vie politique, même après les élections. Le référendum n'est quasiment jamais utilisé en France, or, c'est un excellent moyen de connaître l'avis des gens. Être des acteurs politiques, c'est ce qu'il manque aux citoyens français mais on voit bien que tout est fait pour qu'ils se détachent des décisions importantes de leur société. En outre, les différents gouvernements ont fait semblant de s'intéresser à ce que pense le peuple, le fameux Grand débat était une illustration parfaite.

"Quand le peuple sera intelligent, alors seulement le peuple sera souverain" disait Victor Hugo. En effet, il est légitime de se demander si tout est fait pour garder les gens idiots afin de continuer à les dominer. Avec le gouvernement de Macron, le peuple a été plusieurs fois traités comme des enfants, des personnes irresponsables ou des "feignants". Le Président s'est exprimé plus d'une fois dans ce sens, il a littéralement craché son venin sur certaines personnes qui sont venus lui parler. "Je traverse la rue, je vous en trouve du travail", "les gens qui ne sont rien", ou encore "les pauvres voyageront plus facilement", sont des phrases qui montrent clairement que le monsieur Macron ne se prend pas pour n'importe qui. Lui et son gouvernement se sont illustrés souvent comme des moralisateurs. "Les gens d'en bas", encore une façon de parler du peuple et de le considérer comme quelque chose d'insignifiant. Donc oui, le savoir, l'éducation, la spiritualité et la réflexion en général permettent de ne pas donner raison à ces infectes personnages. 


La souveraineté implique une grande responsabilité et demande également un effort de réflexion ainsi qu'un travail d'implication. Le peuple français n'a pas vraiment les moyens d'aller dans ce sens. Déjà, il ne gouverne pas puisqu'il n'a pas vraiment le pouvoir de décider. De plus, il est souvent méprisé clairement ou subtilement par les gouvernements qui se sont enchaînés depuis de nombreuses décennies. Avec les événements plus récents, les manifestations et les gilets jaunes, on a vu comment il est maté, muselé et meurtri par les rouages du système politique. De ce fait, beaucoup de gens ne croient plus aux institutions républicaines et ne veulent plus en entendre parler. Cela profite également à ceux qui veulent mener la danse pour eux. De toute façon, quoi qu'on en dise, la définition du mot "démocratie" est assez claire et rien qu'avec cela, on ne peut pas dire que France est gouverné par un régime démocratique. Ainsi, il faudrait commencer par arrêter de nous mentir et de là, envisager peut-être de créer enfin une vraie démocratie. Ceci serait, je pense, déjà un premier pas encourageant pour l'avenir du bien-être du peuple français. 

La culture intérieure
Municipales : les démunis si pâles

Articles similaires

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://yannickpalomino.fr/

Recherche

Catégories

Citations
Citations
573 article(s)
Réflexions
Réflexions
47 article(s)
Poésies
Poésies
41 article(s)
Blog
Blog
31 article(s)
Critiques
Critiques
7 article(s)
Fictions
Fictions
3 article(s)